Les mesures envisageables pour une appréciation de la gourde par rapport au dollar .

Toutefois, même si la situation économique du pays est alarmante tout n’est pas peine perdue. En ce sens, bien des mesures sont envisageables.

Toutefois, même si la situation économique du pays est alarmante tout n’est pas peine perdue. En ce sens, bien des mesures sont envisageables. En premier lieu, il convient de mentionner des politiques efficientes pour redresser la balance commerciale. Qui dit redresser la balance commerciale dit mettre en place des structures pour soit augmenter les exportations ou diminuer les importations. D’un point de vue économique, une monnaie faible n’est pas toujours néfaste pour l’économie. Certaines fois, les Etat mènent des politiques de dépréciation monétaire pour lutter contre l’inflation sur les produits nationaux. (Coulomb et al, 2008, p.318). Cette politique peut consister  soit en l’augmentation de la masse monétaire en injectant plus de liquidités dans l’économie ou par l’achat de titres d’obligations aux investisseurs sur le marché secondaire ou encore soit  en provoquant une baisse des taux d’intérêt.  Car, un taux de change bas signifie  que les produits nationaux sont moins chers et donc profitable pour accroitre les exportations ce qui peut contribuer à relancer l’activité économique. (Ibid p.318). Cependant, dans le cas d’Haïti ce mécanisme semble être différent. Parce qu’on constate que malgré la dépréciation continue de la gourde, l'activité économique  continue de reculer. Ceci est dû en particulier à la faiblesse du système de production en Haïti. Malgré qu’un taux de change bas peut être bénéfique pour les exportations, l’appareil de production haïtienne n’est pas équipée pour produire à grandes échelles  d’où l’inefficacité d’une politique orientée vers une augmentation des exportations surtout pour le court terme car équiper le pays de machines adéquates requiert du temps et des ressources considérables.

 

Réduction du volume des importations

Du coté des importations, on constate que la majeure partie des importations haïtiennes sont des produits de première nécessité tels que des vêtements, des produits alimentaires ( riz, viande), des huiles lesquels on achète soit aux USA, soit en république Dominicaine en particulier. (ReliefWeb, 2022)Du coup, malgré l’augmentation [continue] du prix des produits étrangers on est  quand même obligé de recourir aux devises étrangères. Ainsi une politique d’appréciation de la gourdes peut consister en la diminution des importations. C’est un processus qui fait appel à l’augmentation de la production pour satisfaire les besoins primaires. Produire des biens comme le riz, les vivres, les fruits et pratiquer l’élevage intensif pourront apporter des résultats étonnants car ils rendront le pays moins de dépendant des USA et pourront permettre à la gourde de s’apprécier. Ceci nécessitera moins de ressources que s’il était question de produire pour l’étranger.

 

Diversification de nos partenaires commerciaux

 

En second lieu, une autre politique de lutte contre la dépréciation de la gourde par rapport au dollar peut passer .....

lire la suite ici https://eco-explique.blogspot.com/2022/03/les-mesures-envisageables-pour-lutter.html


John-Lesly Cheramy

4 Blog posts

commentaires